1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW

Le couvre-feu sur Tombouctou diversement apprécié

Mahamadou Kane
7 décembre 2023

Imposée après l'attaque terroriste contre le navire Tombouctou il y a trois mois, la mesure, toujours en vigueur, ne fait pas l'unanimité.

https://p.dw.com/p/4Zrso
Deux jeunes gens se promènent dans une rue de Tombouctou
Le couvre-feu qui concerne Tombouctou intervient alors que la région est confrontée à une recrudescence de l'insécurité. Image : AFP

L'attaque terroriste contre le navire Tombouctou, sur le fleuve Niger, a causé la mort de 64 personnes. Tombouctou est d’ailleurs toujours sous la menace des groupes djihadistes et le couvre-feu, instauré le 11 septembre dernier à la suite de l’attentat, se poursuit pour les populations de la ville du nord du Mali. 

Pour Mahamadou Bagna, dit Oxy Oxa, animateur culturel dans la ville de Tombouctou, l’instauration à durée indéterminée du couvre-feu a été un frein à ses activités nocturnes. Ce dernier indique ne plus avoir le courage de continuer : "Depuis déjà trois mois nous sommes dans cette situation, il ne se passe rien la nuit. Pas d’activités, il n’y a rien. Du coup, nous n’avons plus de sources de revenus et nous ne savons plus quoi faire pour entretenir nos entreprises et nos employés", se plaint-il au micro de la DW. "Par exemple, moi j’ai une structure chargée d’organiser les évènements, mais je suis sur le point de mettre la clé sous la porte, faute d’activités."

Les explications de notre correspondant à Bamako Mahamadou Kane

Maintien du couvre-feu diversement perçu

Selon Boubacar Mahamane Maiga du collectif "Une voix pour Tombouctou", le risque est que le couvre-feu se maintienne : "Ce qui serait agaçant pour la population, ce serait la prolongation infinie de cette mesure. Je crois que finalement ça va aller à l’usure, les gens sont très fatigués. Un moment c’était très dur avec les blocages sur les routes, les gens étaient donc comme prisonniers, le jour et la nuit également. Mais maintenant, je crois que ça s’est beaucoup amélioré avec la levée du blocus. Mais j’avoue que beaucoup d’activités tournent au ralenti", affirme-t-il.

Si la mesure handicape les travailleurs de nuit qui voient leurs chiffres d’affaires se réduire, le journaliste de Tombouctou Alhousseyni Aladji estime pour sa part que le couvre-feu a permis de réduire les attaques dans la ville et ses alentours.

Selon lui,"depuis trois mois ou plus maintenant, depuis la prise de Ber par l’armée malienne, nous n’avons pas entendu parler d’assassinats ciblés, de braquages, d’enlèvements de personnes et de véhicules dans la ville de Tombouctou. Alors que bien avant, c’était pratiquement le quotidien des populations".

Navire transportant des passagers maliens sur le fleuve Niger
Le jeudi 7 septembre 2023, le bateau de passagers "Tombouctou" a été attaqué près du village de ZarhoImage : COMANAV/AP/picture alliance

Le couvre-feu nocturne a été instauré sur la ville de Tombouctou après l’attaque du bateau Tombouctou, le 7 septembre dernier. Une mesure qui a été ensuite prolongée par les autorités régionales pour, disent-elles, mieux asseoir la sécurité dans la région.